De tout à propos de la souffrance

août 17, 2007

Trop de souffrance pour ne pas s’en occuper algonomiquement

Filed under: Uncategorized — robertdaoust @ 6:18

Laurent Dingli dans son blog du 14 août dresse une liste accablante des souffrances que nous infligeons aux animaux. Cette liste me ramène à l’idée que le phénomène de la souffrance est beaucoup trop étendu et multiforme pour qu’on puisse espérer le comprendre et le maîtriser sans développer un domaine d’activité spécialement consacré à sa connaissance et à sa gestion, ce que je propose d’appeler une algonomie.

Laurent parle ainsi des animaux:

 » (…) des êtres vivants que nous avons trop souvent l’ignorance et l’insensibilité de mépriser, des êtres que le droit assimile encore à des biens meubles, des êtres marchandises, instrumentalisés, maltraités aux quatre coins du globe. Dans son histoire, l’homme n’a même pas eu l’élégance et la générosité de rendre à l’animal le centième de ce que ce dernier lui avait apporté. Chiens d’avalanche ou sauveteurs en mer, compagnons de prisonniers, de personnes âgées ou d’enfants malades, ce sont les mêmes que nous abandonnons, par milliers, chaque année, attachés à des poteaux, sur le bord des routes, les oreilles parfois coupées, pour que l‘on ne puisse pas lire le numéro de tatouage et reconnaître ainsi le lâche qui les a abandonnés. Et ce sont les même que nous utilisons dans l’expérimentation animale pour améliorer nos cosmétiques… Avide, cruel et ingrat bipède ! Les animaux qui ont porté sur leur dos des générations d’hommes, les ont guidées, sauvées, habillées, nourries ; bêtes de traits, condamnées à vie, attachées à la meule, tournoyant sans fin pour moudre notre blé ou broyer nos olives ; bêtes de somme fouettées, harassées, bastonnées, aiguillonnées ; bêtes de foires, enchaînées, encagées, dressées, mutilées, pour le plaisir barbare de nos jeux du cirque, anciens et modernes, combats de coqs et de chiens, taureaux pour corridas, divertissement et traditions criminelles, bains sanglants des îles Féroé et Matanza de Sicile ; bêtes objets de nos superstition, de l’idolâtrie la plus fanatique à la diabolisation la plus effrénée, chats des Egyptiens momifiés avec leur maître ; chats noirs du Moyen Age, encloués aux portes des granges ou brûlés pour sorcellerie ; bêtes de guerre, dauphins ou chiens bardés d’explosifs, chevaux, mis en pièces par millions dans nos batailles absurdes, étalons dont les têtes et les membres étaient arrachés par la mitraille ou les boulets, haridelles éventrées à coup de baïonnettes ou gisant dans nos tranchées, animaux gelés de Stalingrad, chevaux abattus pour une patte cassée, quand la vie chosifiée ne nous était plus utile ; bête aussi de ventre et de mangeaille, oies et canards de France et d’ailleurs dont la vie se passe à être gavées, la panse massée pour que la purge pénètre vite et mieux ; chiens et chats, battus à mort en Chine pour être plus goûteux ; requins découpés à vif puis rejetés dans l’eau sans leur aileron, parce que l’équarrisseur veut aller plus vite et gagner davantage ; veaux arrachés à leur mère dès la naissance, pour passer leurs six mois de vie, seul, dans la cage exiguë des élevages industriels, à chercher le contact d’un autre être vivant, et surtout celui de leur mère, léchant pour cela désespérément les barreaux de leur infecte prison ; poulets égorgés à la chaîne pour nos fast-food, afin que des générations d’humains repus, et autres nouveaux obèses, aient l‘illusion d‘apaiser leur mal-être ou leur ennui ; vaches qu’on a rendu folles en les rendant cannibales, pour satisfaire notre monstrueuse avidité et notre matérialisme désenchanté ; volailles, entassées sans air, sans espace, sans lumière, poussins écrasés, piétinés, truies aux dents sciées, vaches à viande et vaches à lait, surexploitées avant d’être balancées en boucherie, animaux qui, s’ils sont malades de leur confinement, paieront cher notre propre faute en étant massacrés par millions, gazés dans des sacs, à la chaîne, de la même manière expéditive et froide avec laquelle on les avait destinés d‘abord à nos assiettes ; bêtes cobayes, torturées pour expérimenter les effets toxiques de nos rouges à lèvres et de nos pommades bronzantes ; bêtes médicaments, ours dont la bile est extraite à vif, toujours en Chine, avec une cruauté inouïe, corne de rhinocéros et vie de tigres pour vieux pénis qui bandent mou ; bêtes d’habillement, visons, martres, phoques du Canada assommés par millions, traînés par des pics à glace, puis écorchés sur place, pour draper la poule de luxe ou la mémère en vadrouille ; bêtes encore trop souvent transportées dans des conditions infâmes, crevant dans la chaleurs des camions et agonisants dans leurs propres excréments… »

Propulsé par WordPress.com.